Les mondes parallèles se rejoignent à l'infini

Publié le par Adam Pianko

Un de mes copains, artiste peintre, et qui s’intéresse aussi à la philosophie, professe une bien curieuse théorie. Dans l’univers tel qu’il le voit, notre terre n’est pas unique. Nous autres les Terriens ne sommes pas les seuls à l’habiter. Pour autant, cet ami ne fait pas partie des chasseurs d’OVNIs,  et autres propagandistes des Martiens. Il ne croit pas à l’existence d’autres mondes habités, mais à celle de mondes parallèles, décalés dans le temps. Il admet volontiers que pour lui comme pour moi, il n’existe qu’une seule et unique planète terre, mais il est convaincu qu’elle occupe plusieurs temporalités. Un seul Patrick Conty, un seul Adam Pianko, mais un certain nombre d’espace-temps, que ce Patrick, cet Adam, et tous les autres habitants de Marseille, ou de Paris occupent concomitamment. 

 

 

 

 

                         illustration JILL C.

 

Pour preuve matérielle de cette thèse, Patrick avance des grottes quelque part au Mali, des grottes préhistoriques, avec sur leurs parois des représentations rupestres d’animaux, mais aussi des marques de mains, des trace de cinq doigts  comme imprimées. Ces grottes selon lui, sont le point de passage, par des rituels appropriés, d’un de ces mondes parallèles au notre, et les peintures rupestres les traces qu’ont laissé derrière eux ceux qui l’ont emprunté.

 

 

 

 

 

 

Il me parle également d’un texte assez étrange, une nouvelle de Marcel Aymé, « La Carte du temps. » Pendant la guerre, une guerre, on ne sait pas laquelle, le  pays souffre de tant de pénuries, que le gouvernement ne sait plus où donner de la tête. Il a rationné le sucre, le charbon, le café, la viande, le pain, le papier, et malgré ces mesures on ne trouve toujours rien dans les magasins. Les autorités prennent alors le taureau par les cornes, et décident de rationner le temps. Désormais, le temps de vie imparti à chacun sera réparti par décret, tant de jours par mois. Les travailleurs manuels et les hommes politiques ont  droit à un mois plein, tandis que les autres reçoivent une carte de rationnement. Quinze tickets, dix, vingt cinq ou trois, selon les professions exercées, l’utilité plus ou moins grande que le gouvernement leur reconnaît.

 

 

 

 

 

 

Dans le texte de Marcel Aymé, ce décret joue un peu le rôle de la grotte malienne dans celle de mon copain : il ouvre la porte de l’Inconnu, de l’Inconnu avec un grand I. Car bien évidemment les habitants qui y sont assujétis n’ont de cesse que de le contourner. Les tickets de temps sont revendus au marché noir. Certaines personnes en ont peur de manquer, même de tickets de temps, et en achètent plus qu’il ne leur en faut, d’autres font l’objet de vénération, et reçoivent des tickets en cadeau. De sorte qu’elles se retrouvent à vivre trente cinq, quarante jours par mois, bientôt cinquante, ou même beaucoup plus. Il arrive que le même jour, certains individus vivent  le 25 du mois, tandis que d’autres sont le 42, le 55 ou le 2121. Les évènements qu’ils traversent au cours de ces journées supplémentaires, ne figurent pas dans le même espace temps que celui de leurs voisins, de leurs conjoints ou de leurs amis, qui eux n’étaient pas sortis de l’enceinte normale du temps. Je me demande si tous ces visiteurs qui visitent mon blog, sans laisser d’autre trace d’eux qu’une empreinte électronique sur un grand ordinateur central, cerveau virtuel dont je ne connais rien que les statistiques qu’il crache chaque matin, font ou ne font pas partie du même espace temps que le mien.

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la serveuse 14/03/2006 00:00

Cette vision philosophique ne semble pas farfelu au regard des recherches actuels en physique, et la fameuse théories des cordes à laquelle tant de these sont consacrées. C'est en gros la suit des travaux d'Einstein, l'univers est un espace-temps courbe, qui admet des relexions de notre univers, ce qui ne le rend pas infini mais en extension et donc la co-exitence possible sous forme 'feuillet' ou sous forme de 'cordes' d'autres espace-temps.
A lire; Hawking : "une breve histoire du temps'

jill.C 11/01/2006 14:27

Amusante coïencidence, Adam. Alors que je recherchais le titre d'un film que j'ai vu hier soir sur arte consacré au magnifique astrophysicien Stephen Hawking , pour t'en parler car nous étions en plein dans le sujet de ton article je suis tombée sur cette adresse :  http://www.cosmicconnexion.com/static/home.html amusant et de circonstance : un appel des terriens vers l'infini ! amitiés

Pianko Adam 09/01/2006 19:47

Tu as raison, Jill C, ces théories sont formulées pour nous faire oublier que nous sommes mortels, hélas et aussi fort heureusement. L'éternité c'est long, a dit Woody Allen, surtout vers la fin. Mais n'est-ce pas le cas de toute activité artistique? Sans même parler des religions. A.P. 

Jill.C 09/01/2006 16:17

Bonjour Adam,
Les théories sur le temps et sur les mondes parallèles sont toujours séduidantes et intéressantes mais ne sont-elles pas juste destinées à nous faire oublier que nous n'avons que 80 à 100 ans tout au plus pour vivre ce que nous avons à vivre sur cette terre ? Il y a une serie pas mal faite sur ce thème qui passe sur france 4 le samedi à 22heures 30 : charlie Jade. Le heros et plusieurs protagonistes passent d'un monde à l'autre les deux  ayant 30 ans de décalage.
Amicalement