Aux portes du prochain roman

Publié le par Adam Pianko

  Pour moi, l’affaire était réglée, mais pas pour Patrick, qui ne semblait nullement décidé à lacher le morceau. A ce nouveau mystère, il avait une explication:  “Les courbures du temps”, un thème sur lequel il avait travaillé, auquel  il songeait même à consacrer un bouquin.  
- L’univers, nous exposa-t-il, a 5 milliards d’années. Au début, il consistait en un noyau de matière hyperdense, et instable, qui explosa sous forme de radio-activité. A la fin de l’explosion, un équilibre s’établit entre les forces de répulsion cosmique, à l’origine de cet évènement, et les forces de gravitation. Pendant cette phase d’équilibre, les noyaux donnèrent naissance aux étoiles et aux galaxies. Depuis, l’univers est en expansion, à la vitesse de 170 kilomètres par seconde. C’est le Big Band, une découverte fondamentale qu’on doit à deux savants, Georges Lemaître et  George Samoy, sans laquelle la physique quantique n’existerait pas.
La physique quantique! Mais  quu’est-ce  que cette discipline  scientifique  venait se méler de notre  affaire? Qu’avait-elle à voir avec Gainsbourg et Laetitia? 
- La physique quantique a ceci de particulier qu’elle se base sur un monde probabiliste, et non déterministe comme c’était le cas auparavant. On peut dire en schématisant, qu’il suffit d’évoquer une hypothèse, pour que naisse une très grande probabilité que cette hypothèse se vérifie.
Nous restames silencieux, et puis je demandai:
- Comment ça, qu’elle se vérifie ?
- Qu’elle se produise à l’instant même où elle est évoquée.
- Qu’elle se produise, mais où ? Comment ?
- Dans un monde parallèle, spécialement crée à cet effet.
- Tu veux dire que si je te demande par  exemple d’aller ouvrir la fenêtre, et que tu ne  le fais pas, il se crée aussitôt un monde dans lequel tu y serais allé.
- C’est ça, exactement. Tu as bien compris.
C’est à ce moment, que  je me mis à doûter, à cause précisément de l’absurdité de cette proposition. Un souvenir me revint à l’esprit, un souvenir ancien.  A l’époque de mon magasin, j’avais assisté à une conversation, au cours d’un diner. Un des convives,  un informaticien, chercheur en informatique, y  parlait de son métier. Dans un avenir proche, avait-t-il expliqué, il suffirait de taper sur un clavier, pour qu’à plusieurs centaines de kilomètres de là, une imprimante se mette en route, et imprime ce qu’on aura tapé. Par le même moyen on pourrait même envoyer des photos. Tandis qu’il parlait, je me disais: “Soit ce mec est complètement cinglé, soit il se fout de nous, il nous prend pour des idiots.” Je me mis à  l’envahir de questions, pour  mettre en évidence l’absurdité de ses allégations. “Et donc d’après toi, on n’aura plus besoin  d’aller  au bureau? Les secrétaires pourront faire leur travail à la maison?”
Cette fois, je  restai muet, mais  Michel à son tour s’était mis à doûter.
- C’est absurde ! totalement absurde.  Tu te rends compte de la place qu’il faudrait, la place pour caser tous ces mondes !
- Effectivement, les possibilités sont infinies, mais c’est pour cette raison que l’univers est en expansion, et il ne faut pas oublier la quatrième dimension, le temps, qui ouvre encore d’autres portes, une autre dimension à l’infini.
Patrick avait  beau plaider, Michel  ne le croyait plus. De mon coté, j’étais tout au contraire de plus en plus ébranlé. Les élucubrations de l’homme à ce diner, de l’informaticien fou s’étaient réalisées, toutes sans exception, et même au delà, mais il n’y avait pas que ça. Des souvenirs, plus vagues, plus confus de l’époque de mon magasin, me revenaient peu à peu. Le souvenir de certaines de mes clientes, de certaines de mes maitresses aussi, dont le comportement m’avait  surpris, désorienté. L’une s’appelait Laetitia, et à mon tour il me semblait qu’en y repensant je reconnaissais sa voix. Une autre s’appelait Marilou, une autre encore Lola. Il y avait également une certaine Elisa, à propos de qui je me souvenais  de m’être étonné de la passion qu’elle mettait à me passer la main dans les cheveux.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

J. 04/05/2006 15:15

Adam,
- l'age de l'univers est estimé à 15 plus ou moins 5 (non pas cinq) milliards d'années
-un noyau hyperdense explosa sous forme de radioactivité....ça c'est digne d'un exposé de CM2...certainement interressant pour le style...mais tellement faux...rien n'explosa, une explosion induit un avant, un après et un truc divin. Au début l'expansion, aujourd'hui l'expansion, demain le concentration...et avant le debut et après la fin les théories vont bon train..l'energie rayonne, l'expension est energie, elle ne prend pas 'de forme', le rayonnement est radio actif toujours
- "la phys. quantique se base sur un monde probabiliste"...je suis pointilleuse mais ça, ça m'enerve...la quantique est probabiliste, elle ne se base sur rien, elle est la substance mathématiques de la matière, elle n'en est pas une interpretation...ce n'est pas un langage à la difference de tous le reste et de la physique classique.
- le temps n'est pas la quatrième dimension , (il est probable qu'il y est 10 dimension!!!) l'espace-temps courbe definit par la gravitation n'est qu'un même dimension (ou plusieurs)
Desolée d'être pointilleuse sur un texte qui ne revendique pas d'être scientifique...c'est simplement parce que je n'aime pas voir la quantique un peu malmené (m^me sous pretexte de literature) et un peu meprisée peut etre aussi....enfin desolée de vous ennuyer et d'avoir bloquer sur votre texte à cause de ça....les mots existent peu pour transcrire la quantique, c'est bien dommage....et mes rectifications sont probablement juste un peu moins fausses que vos affirmations...bien à vous

bregman 01/05/2006 01:01

Adam,
Comme je ne trouve pas (mais je ne suis peut-être pas bien réveillé !) de moyen de te contacter sur ce blog, je vais répondre au commentaire que tu as laissé plus haut, ici :
Il n'y a aucune honte à avoir à écrire  "lentement". Seul le résultat compte. Nous vivons dans un monde dans lequel on exige de nous toujours plus de rentabilité, de rapidité et de productivité, mais je crois que la littérature ne doit pas adhérer à ce genre de philosophie.
De plus, je pense et j'espère de tout coeur que le succès et la notoriété ne tarderont plus, car tu es "à point" !
Au plaisir de te lire, car je te planifie d'ores et déjà à mes prochaines lectures !

referencement 24/04/2006 15:47

Bien ton blog ! Envie de plus de lecteur ? Pourquoi ne pas venir enregistrer ton blog sur notre annuaire ?

Rendez vous à tous sur : referencement blog annuaire blog

c'est gratuit ! Ca ne vous coutera que 10 secondes ;) SOYEZ LES PREMIERS !

bregman 07/04/2006 14:27

J'aime décidément beaucoup ton style. Cette introduction me laisse impatient de connaître la suite !
Je t'encourage pleinement dans ton écriture. (ou faut-il plutôt encourager les édieurs à faire leur travail ?!)
Au fait, combien de livres as -tu déjà écrits, et combien en as-tu publié (si ce n'est pas indiscret, bien sûr) ?

Adam Pianko 08/04/2006 19:11

Réponse à Charlie Bregman: Sur les cinq livres que j'ai achevés, quatre ont été publiés, deux romans, et deux documents. Le cinquième, qui en réalité était le premier, ne méritait pas de l'être. En ce qui me concerne, les éditeurs n'ont donc pas vraiment besoin d'être encouragés. Mon problème n'est pas avec eux, mais avec moi-même, car j'écris très lentement, et aussi avec la presse, qui jusque là, ne m'a pas que très timidement remarqué. D'où d'ailleurs ce blog, dont j'attends qu'il pallie, ne serait-ce qu'en partie, à ce déficit de notoriété. L'objectif semble en bonne voie, à condition que je ne mette pas trop de temps à terminer ce troisième roman. Le précédent, "Le Pavé originel," m'a pris en effet une dizaine d'année, et je ne crois pouvoir mener un blog aussi longtemps. Merci en tous les cas pour ton intérêt, pour tes encouragements, et à bientôt. Adam Pianko

sisi 31/03/2006 03:28

Salut j'ai bien aimer tes articles



euromillion resultat euro million resultat euromillions