Pendant l'écriture du roman, le blog s'est arrêté, mais il reprend

Publié le par Adam Pianko

Comme pour Houellebecq  l'an dernier, et sans doute l'an prochain, le buzz Angot  est une affaire qui roule toute seule, comme propulsée par un moteur yin-yang. Aucun besoin de conspiration. Les médias carburent au Houellebecq-Angot, de la même inexplicable et énervante manière qu'ils carburent au Sarko-Sego, cette polisation posant dans chaque cas les mêmes questions. (...... ) Questions sans réponse évidemment. (.......) Mystère des origines de ce buzz, qui écrase tout sur son passage. Il parait que la  rentrée littéraire 2006 aligne six cent quatre vingt trois romans. O misère et détresse des auteurs des six cent vingt deux autres. Comment ne pas éprouver un instant de compassion?(....) Paresse des éditeurs. Paresse des critiques littéraires, et de leurs chefs, partis en vacances la conscience tranquille, ayant à l'avance bouclé leurs pages de la fin août. Paresse générale, donc auto-absoute, de tous ceux qui consentent à cette capitulation de la curiosité, à cette soumisssion à l'évidence autoproclamée, à cette dictature du succès présumé, que constitue la dictature d'un seul livre, d'une seule voix, sur six cent quatre vingt trois.


Cette rubrique de Daniel Schneiderman dans le Libé de ce matin, dont je reproduits ces quelques extraits, me donne envie de sortir du silence, auquel m'avait poussé le travail sur un nouveau roman.  Elle m'inspire les commentaires suivants:
A une réserve près, la comparaison avec Sego-Sarko, les autres candidats ayant eu en effet, et contrairement à moi et à quelques autres écrivains, l'occasion de faire entendre leur voix, à cette réserve près, c'est ce que je répète sur ce blog depuis un an. A l'heure qu'il est, je ne fais pas partie des six cent quatre vingt, je n'ai pas de livre prévu pour la rentrée, mais je me prépare pour le suivant. Le moment venu, amis blogueurs je ferai appel à vous. L'intelligence collective, il n'y a que de là que je peux attendre mon salut! 

Publié dans BLOG NOTES

Commenter cet article

Anne-Sophie 13/09/2006 17:56

Bonjour,
je suis une nouvelle blogueuse, spécialisée dans l'actu littéraire... Je me suis emportée aussi contre Angot: dans plusieurs textes je fais référence à ce phénomène. Quand je pense que Libé Libres parie sur elle pour le pix Goncourt!!! Heureusement, elle est si médiatisée Christine qu'n peut découvrir des bribes de son roman et se rendre compte de la vacuité et des truismes de son texte.
Bon courage pour l'écriture de votre roman, il faut beaucoup d'énergie et garder confiance...

céline 07/09/2006 08:24

Personnellement je n'aime pas Angot et je résiste naturellement à la rentrée littéraire, qui a assez d'argent et de temps pour lire autant de roman ? Par contre j'attends avec impatience ton dernier livre en espérant que ton travail avance rapidement pour satisfaire la jubilation que son tes romans.

bregman 03/09/2006 03:32

Au travail, donc !
Et je t'encourage vivement à résister, tel le roseau à côté du grand chêne, face à cette tempête de littérature-caisse qui souffle de plus en plus fort.
Le talent finit toujours par payer.
Amicalement ;)