Deuxième extrait

Publié le par Adam Pianko

Tous les jours que Dieu faisait, sauf les samedi qu'il gardait pour lui, je me rendais rue Nalewski, à pied. Dès 7h 15 du matin, qu'il fasse jour ou nuit, qu'il pleuve ou qu'il neige, je tournais la clé de notre porte. Toujours le premier, j'entrais dans "l'affaire", selon le nom pompeux que le Père donnait à son magasin. Un magasin semblable à tous les autres de la rue. Tissus pour hommes, tissus pour dames, les pièces d'étoffe arrivaient de Lodz à  Varsovie par chemin de fer, et déferlaient sur la rue Nalewski en charrettes à cheval ou à bras. Les clients ne manquaient pas, mais c'était le plus souvent des habitués, des initiés qui savaient marchander.
Ils commençaient par proposer eux-mêmes un prix, et je m'empressais de le refuser, tout en baissant le mien de  quelques groches, quelques centimes de Zlotis. Certains ressortaient dans la rue, et  je pouvais ne pas les  revoir de la journée. Ils arpentaient la rue d'un bout à l'autre, et s'ils revenaient, reprenaient la discussion là où ils l'avaient laissée. Bien souvent, je ressortais vaincu de ces batailles féroces.
En 1935, il y avait presque 5 ans que j'étais dans l'affaire. Je connaissais le métier sur le bout des doigts. D'un frottement du pouce et de l'index, je savais distinguer une étoffe sincère, un vrai drap en pure laine, d'une imitation, la plus habile qui fut. Mieux que quiconque, et même que le Père, je savais mesurer un coupon, trouver cinq bons mètres dans un morceau de tweed qui n'en comptait que trois.
Qu'il fut bon ou mauvais, mon travail ne me rapportait rien, rien de plus ni de moins. Je vivais à la maison, logé, nourri, et habillé. On pouvait dire que je ne manquais de rien, si ce n'est justement de ce que je convoitais le plus: le cinéma, le dancing, les  beaux habits, ces inutiles frivolités que la Mère gardait sous sa  tutelle et distribuait avec parcimonie.
- Maman, donne-moi trois groches.
- Trois groches? Pourquoi faire, grand dieu?
- C'est pour aller au cinéma.
- Au cinéma?  Est-ce que le  mois dernier, tu n'y es pas déjà allé? Laisse un peu de cinéma aux autres. D'ailleurs, je n'ai pas d'argent. Et si j'en avais, c'est plutôt à ton frère Mietek que j'en donnerais.
Comment faire comprendre à cette femme la différence entre ses trois enfants? Deux qui usaient sans profit leurs culottes sur les bancs de l'école, tandis que le troisième faisait rentrer l'argent à la  maison.

Publié dans la mélodie

Commenter cet article