Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

9 articles avec la melodie

septième extrait

Lorsqu'en mars 1938 la Wehrmacht envahit la Tchecoslovaquie, notre armée polonais commença à sortir de son apathie. Les classes en âge de se battre furent partiellement mobilisées. Sous l'effet de ce état d'esprit, les conditions de mon service militaire...

Lire la suite

Extrait numéro 6

La famille attendait le Père autour de la table. C'était samedi. Sans le Père, aucun repas de shabbat ne pouvait commencer, et comme toujours, il trainait à la synagogue. Déjà la servante avait apporté une marmite fumante, le "schoulent", sorti tout droit...

Lire la suite

Fred Astaire était-il juif?

Qui l'était, qui ne l'était pas. On ne peut pas comprendre aujourd'hui l'importance qu'à une certaine époque, cette question pouvait avoir à Varsovie. Mon frère Mietek invitait-il à la maison un nouveau camarade de classe? Grand-mère Baba filait aussitôt...

Lire la suite

cinquième extrait

Marysia était chatain, chatain moyen, tirant légèrement sur le roux. Je l'ai rencontrée au dancing Pruczkovska, un five'o clock tea de la rue Lashawski. A peine ouvert depuis cinq mois, on disait de cet établissement qu'il attirait les plus belles filles...

Lire la suite

quatrième extrait

C'est dans un "five'o'clock tea" de la rue Szlisno que j'ai fait la connaissance de Marysia. Ce jour là, j'étais venu comme client, mais je l'avais déjà remarquée un autre un jour, où j'étais là en tant que musicien. Installé sur l'estrade, je jouais...

Lire la suite

Troisième extrait

Très rapidement, la pratique du piano m'a rapporté de l'argent. De l'argent facile et agréable. Elle m'en aurait rapporté encore bien davantage, sans la prudence à laquelle j'étais contraint. A cause du Père, qui ne devait pas savoir que je jouais professionnellement,...

Lire la suite

Deuxième extrait

Tous les jours que Dieu faisait, sauf les samedi qu'il gardait pour lui, je me rendais rue Nalewski, à pied. Dès 7h 15 du matin, qu'il fasse jour ou nuit, qu'il pleuve ou qu'il neige, je tournais la clé de notre porte. Toujours le premier, j'entrais dans...

Lire la suite

Premier extrait

Tout en étant le plus âgé, j'étais le plus petit des trois frères Opianski. J'étais aussi celui qui des trois faisait le plus juif. Pommettes saillantes, yeux globuleux, front fuyant, nez crochu, des Juifs tels qu'à l'époque certaines caricatures se plaisaient...

Lire la suite